3 courts métrages avec comme point commun la pluie, qui intervient comme un élément perturbateur mais aussi révélateur dans les histoires filmées. La pluie continue, morne et mélancolique, une pluie d’automne, dira-t-on, dans L’Ondée, la pluie de la tempête, moteur dramatique, extraordinaire, dans La Maison démontable et la pluie d’été, orageuse, porteuse de fraîcheur et de joie dans Le Jardin.

voir la programmation

L’Ondée (Canada, de David Coquard-Dassault, 2008, animation (dessin animé), 8′, sans paroles, noir et blanc, Musique : Christophe Héral)

La maison démontable (USA, de Edward F.Cline et Buster Keaton, 1920, muet, N&B, 22′)

Le jardin (France, de Marie Paccou, 2002, animation (peinture sur verre) – 6′